Onomastique, science des noms de famille

L’onomastique, science des noms de famille, ne date que d’un siècle. Beaucoup d’études ont été publiées. Si, pour beaucoup de noms, il y a accord sur les origines, les thèses évoquées sur certains noms sont contradictoires. Pour d’autres, les origines restent encore mystérieuses.

La plupart des noms de familles étaient, à l’origine, des noms communs (parfois teintés d’origine locale occitanes, normandes, bretonnes ou autres) ou des prénoms. Aujourd’hui, selon les statistiques de France Télécom, le nombre de patronymes s’élève à 800 000 noms différents en France, dont 500 000 ne sont représentés qu’une fois, et beaucoup sont menacés de disparition.

Aux alentours de l’an Mil, les gens, suivant le modèle des envahisseurs germaniques, portent un seul nom, comme un prénom. Mais, en moins de deux siècles, les choses vont se compliquer, car les possibilités se sont appauvries. On ne porte plus les prénoms qui n’ont pas « marché ». D’autres sont devenus très à la mode : Raimundus, Bernardus, Guillgelmus. Et, pour cela, à partir du XIème siècle, se développe le phénomène des surnoms ou sobriquets qui ont de multiples origines, occitanes, langue parlée dans notre région. D’après Jacques Astor, qui a publié un dictionnaire des noms du sud, les noms de famille se sont fixés pour la plupart au XIIIème siècle. A partir de Louis XI, normalement il fallait demander l’autorisation pour changer de nom. Ces « surnoms » doivent vraiment attendre le XVIème siècle pour devenir héréditaires, d’abord dans les familles nobles, puis dans toutes les classes sociales. En 1539, l’édit de Villers-Cotterêts fixe le patronyme sans toutefois leur attribuer une orthographe définitive.

Ainsi, Il est à peu près certain que des noms voisins de CRANSAC, comme CRAYSSAC, CARCENAC, CAYZAC, peuvent avoir les mêmes origines.

D’autre part, les femmes avaient un nom de terminaison différente, comme actuellement dans certains pays de l’Est. Ainsi, on note entre 1600 et 1700 que les femmes CRANSAC sont nommées Cranssague, Gary – Garine, Escourbiac – Escourbiague, Bonnet – Bounette, Albinet – Albinette…

C’est la loi du 6 Fructidor an II (23 Août 1794) qui pose le postulat de l’immuabilité des noms de famille et fait obligation aux fonctionnaires d’orthographier correctement le nom des citoyens. Si ce n’est pas le cas, les peines sont sévères : 6 mois d’emprisonnement, amende égale au quart des revenus.Ce n’est toutefois qu’avec la création des livrets de famille en 1877 que l’on voit l’orthographe des patronymes se fixer définitivement, et force probante officielle depuis 1954 seulement. C’est très récent dans l’échelle du temps
Pour les enfants naturels nés de père théoriquement inconnu (non reconnus), une idée répandue prétend que le nom donné tentait de se rapprocher de celui-ci, soit par jeu de mot, soit par anagramme. Souvent ces enfants ne portaient qu’un prénom qui devenait leur patronyme pour les hommes à leur mariage : Auguste, Augustin, Gaston, François, Nicolas (prénoms qui sont devenus des noms). Pour les enfants trouvés, le nom était fantaisiste : Larrivé, Lavenue, Trouvé, Troubat ou lié à un événement précis. Pendant la révolution, le calendrier républicain était source importante d’attribution de patronymes.

Les noms de lieux sont très utilisés : La ville, le village, la province : Toulza, Lebreton, Limouzy, Milhau, Villefanque, Recoules, Roupeyroux, Trémouilles, Souyris, Mayran, Laissac, Albigès… et certainement CRANSAC, la ville et les thermes existaient avant 900.

La maison : Casanova, Casagrande.

Le lieu géographique : allant jusqu’à la parcelle cultivée, ou a des particularités géographique : Canredon (champ rond), Courrèges (langue de terre toute en longueur). Allez savoir pourquoi une première personne a été baptisée ainsi !!! On dit que ces noms encore plus que d’autres sont dus au hasard. D’autres origines de lieux sont caractéristiques de notre région : Puech, ou Delpuech, Pouget (petit Puech), Mas, ou Delmas, (de la ferme, du hameau), Delmur, Dupuy, Dutour. Roques de roc, idée de château , Rouqeyrol.

Le Couderc était un lieu géographique particulier : le champ communal, où on rassemblait les troupeaux. On a donné ce nom à celui ayant bâti autour de ce champ : Jean, puis Jean del Couderc, puis Couderc. C’était un peu la même chose pour Bosc par exemple. Pour certains cas, il y a va-et-vient entre nom de personnes et nom de lieux : Marcellus-Marcillac, Calmont, Castelnau sont des noms de lieux et personnes.

Patronymes « d’origine végétale » très présents en Aveyron : Les noms venant d’arbres ou plantations très nombreux en Aveyron : Bosc, Bousquet, Fraysse (frêne), Frayssinet (petit bois de frêne), Noyer, Castanier, Pomarede (pommeraie), Garric (chêne) Camboulives (champ d’oliviers), Lacombe, Lalande, Ginestet (genêts), Bes, Besset, Delfau, Espinasse, Vergnes, Nespoulous….

Nom de métier ou de dignité : (voir à part pour les métiers agricoles). Le plus utilisé de tous est très nettement FABRE, Fabry, forgeron, ou Faivre, Lefèvre, ou Faure dans d’autres régions. En Aveyron, d’autres noms ont pour origine le métier : Teyssedre (tisserand, ou autres noms dans d’autres régions) Molinier, Mouly (Meuniers), Sabathier, Cordonnier, Parayre (pareur de draps), Carrier, Taillefer, Traynier, Tranier… En ce qui concerne les dignités, sont concernés les noms de VIGUIER (justice), REY, rien à voir avec le roi (qui, en fait, étaient des chefs de jeunesse ou des « meneurs » pour des fêtes populaires), mais aussi Comte, Marquès, Leduc, Régis, ou des symboles : Couronne, Laur, Ramel.

Surnoms dus à une particularité physique : (très nombreux) – Leborgne, Leblanc, Lebègue, Roux, Leroux, Roig, Nègre, Bru, Brun, Petit, Legrand ou Grand, Calvet, Chauvet, Pelat, Blanc, Blanquet, Capgras, Gras… ou à un trait de caractère Bon, Bonnet, Malet, Lamoureux ou au comportement de son épouse Cocu (j’en ai connu un qui portait ce nom et ce n’est pas évident), Cocard, Cornard… Certains noms sont d’origine militaire : Jolicoeur, Laviolette…

Noms donnés à la construction ou travaux humains : Capelle, Carrière, Coste(s), Cluzel, Crouzet, Lestrade, Hermet, Masnau, Mazars, Mazières, Soulier, Tourette, Viala, Bonneviale…

Surnoms lié à un animal : appellation occitane. Ces surnoms étaient souvent donnés à l’emporte-pièce sans avoir toujours une raison valable : En Aveyron, Raynal (la bête rusée), mais aussi Aussel, ou Loiseau, Mouysset, Moysset, venant de Mouchet petit faucon (nom occitan de l’épervier), Astorg (autour). Raynal et Mouysset étaient les ennemis des poulaillers.
On peut citer encore Loubet, ou Louvet, (petit loup) Cabal…

Noms d’origines celtiques, pré celtiques, germaniques : Les dérivés de GER (lance) avec les transformations suivantes gair, gui, gi, gé : Germain, Gérard, Géraud, Gerbaud, Germont, Guérin, Guiraud, Giraud, Girard, Giroux,Girbal. Les terminaisons en AL ou ail : Arnal (aigle qui gouverne), Hérail ou Grimal. Ce dernier nom vient de GRIM : méchant, dur et « w AL don » : commander. Citons aussi Alibert (brillant), Albouy, Alary…

Les terminaison en OUL indiquent une couche celtique : Routaboul, Griffoul…
KAL, puis Cau, attaché à la pierre : Causse, Caussinou, Encausse, Ancausse, Caussanel…
Autres noms : Azemar(père célèbre), Baudy, Foucras, Frezal (gouvernement hardi), Galtier (chef d’armée), Imbert, Ricard, Sigal…

Noms d’origine Gallo romaines avec terminaison en AC signifiant nom de domaine, basé sur un lieu précis ou en AN (Hérault, Aude) Gaillac, Bergerac, Souillac, CRANSAC, Laissac, Mauriac, Lezignan, Pignan……ou ARGUE (Camargue).

Noms à caractère mystique (formant un vœu sur l’avenir de l’enfant) : Amans (qui aime Dieu), Astruc (né sous une bonne étoile), Bénazet (béni), Marguerite (perle), Miquel (qui est comme Dieu), Doumenge (béni du seigneur)
Pratique qui existait déjà chez les latins : Félix, Fortis, Faustus, Martialus) ; chez les Gaulois ou peuples germaniques : Robert (gloire brillante), Alfred, Ayffre, Affre (noble paix), Bermond (brillante protection), Bernard (fort comme un ours), Thierry (peuple puissant)…

Noms avec idée de diminutif  :
IC ou Ric d’origine germanique
EC en Bretagne, AZ en Savoie…

Noms de saints :
Hilaire (Alary), Bernard, Carles, Dalmas, Francès, Genieys, Juéry (Georges), Géraud, Julié, Laurens, Marty, Robert

Les noms originaires de l’immigration :
Exemple GARCIA est devenu le premier nom de l’Hérault, et 14ème nom en France, Lopez…

Quelques particularités aveyronnaises :
Certains noms sont dus au mois de naissance : Janvier, Avril ou April, May ou Mai, Juin, ou au jour. Dijols vient de « né le Jeudi », souvent jour de baptême d’un enfant trouvé.

D’autres viennent d’ailleurs, et on ne sait pas interpréter. J’ai trouvé pas mal de Pinochet en Aveyron du côté de Céor, Trémouilles, Comps la granville. En fait, ce nom vient de Bourgogne : un individu est venu faire souche en Aveyron. Il s’agit d’un sobriquet bourguignon, qui signifiait « vétilleux, perpigne, mauvais voisin », donc peu fréquentable ce qui était bien le cas de ce dictateur chilien pour ses opposants, mais la famille d’Augusto le Chilien, venait bien de Bourgogne.

En France, on en est loin. En Aveyron, 40% des citoyens ont pour nom de famille un prénom ou un ancien prénom. On trouve parmi les naissances en France, sur un siècle, entre 1891 et 1890, dans les 10 premiers noms, 5 prénoms : N°1 MARTIN (230 000 naissances), BERNARD N°2 (120 000), THOMAS N°3, RICHARD N°5, LAURENT N°10 (entre 95 et 105 000). Parmi les autres : Petit, Durand, Dubois

Pour Martin, à l’heure européenne, Martini ou Martino sont les premiers noms en Italie, et Martinez en Espagne.

Cela ne veut pas dire que pour les Bernard, Thomas, Richard, ces gens-là sont soient d’origine germanique, mais que leur prénom, il y a près de 1000 ans, s’est transformé en nom définitif.

Encore ne sont pas comptées les versions occitanes de ces prénoms, MARTY 3ème nom aveyronnais, et autres versions régionales : Martinet, Martinat, Martinot, Martineau, Idem pour Bernat, Laurens…. Autre exemple : Jacques a donné Jacquet, Jaquier, Jacot, Jacquot, Jacquinot, Jacquard…

D’autres noms ont pour origine des prénoms qui sont parfois des saints. Jean, Jeanjean (fils de Jean), Robert, Vidal, Privat, Fleuret…